Blog

Img 1818b

ARYA CAYTON AU NEPAL

  En Californie, les Green Teens ont pu découvrir la Tara Redwood School en janvier/févier 2017, école qui propose un environnement propice au développement de l’enfant dans toutes ses dimensions : physique, émotionnelle, cognitive et spirituelle (essence de l’être). Arya Cayton (fille de Pam Cayton, fondatrice de Tara Redwod School) la jeune entrepreneuse et fondatrice de ESTWT  https://www.estwstcollective.com/  nous parle de son expérience dans cette école…unique en son genre !     Comment s’est déroulée votre première journée à la Tara Redwood School Arya ?  Je pense que j'avais seulement 2 ans, donc, malheureusement, je ne me souviens pas !    Comment avez-vous vécu ces années scolaires ? Combien d'années avez-vous passé dans cette école ?  Ma mère a créé l'école après notre déménagement du Népal à Santa Cruz (j’avais 18 mois). J’ai fait partie des premiers enfants de l’école. À l’époque, c'était une école pour les petits, j’y suis restée jusqu’à l’âge de 5 ans seulement.   En ce qui concerne le système d'éducation californien, pouvez-vous définir les différences selon vous ?  J'ai eu la chance de rejoindre une école Montessori lorsque j’ai quitté Tara Redwood School, je n’ai connu le système public qu’à partir du lycée. Bien que l'École Montessori proposait un enseignement de qualité avec de très bons professeurs, je ne me souviens pas d’une attention particulière sur le développement émotionnel et l’intériorité. Par exemple, le processus de résolution des conflits est si efficace et bien en place. C’est simple et profond et cela convient aussi aux adultes. A la Tara Redwood School, tout permet de comprendre l’impact que l’on a en tant qu’individu sur les autres... ses amis, sa famille, sa communauté, son école et, plus largement, le monde. Cette école est la seule que je connaisse qui se concentre vraiment sur la façon dont chacun peut créer un changement positif non seulement par son travail, mais aussi en développant ses qualités intérieures.      Pour vous qu’est ce qui rend cette école si spéciale ? Et surtout du point de vue de l’humain ?  Bien sûr, j'ai quitté l’école à cinq ans mais en grandissant proche d’elle, j'ai pu l’observer et mieux la connaître ainsi que le travail de ma mère. Quand j'étais plus âgée, j'ai participé aux camps d'été de l’école. Je pense que la particularité de l’école est l'accent qu’elle met sur le développement de l'empathie et la gentillesse dès le plus jeune âge. Dès l'école maternelle, pendant l'heure du déjeuner, les enfants discutent de la provenance de leur nourriture et sont reconnaissants à toutes les personnes et les animaux qui ont contribué à leur repas. Vous pouvez voir les yeux des tout-petits briller quand ils commencent à reconnaître d’où leur déjeuner vient et grâce à qui il est sous leur nez générant pour certains de la gratitude. Je ne suis peut-être pas très objective, mais je pense que c'est vraiment unique!   Que pensiez-vous faire comme métier lorsque vous étiez plus jeune ? Je pense que j’ai voulu être vétérinaire pendant un certain temps et, plus tard, infirmière. J’ai bien changé d'avis depuis !      Comment s’est passée la transition avec le lycée ?  J’ai été scolarisée dans la même école Montessori de 5 à 13 ans, et la dernière année, j'étais dans une classe avec très peu d’élèves alors au moment d’arriver au lycée, j'étais tout à fait prête à élargir mon monde et à rencontrer de nouvelles personnes. C'était un âge difficile à bien des égards mais la transition s’est faite en douceur.    Quelles études avez-vous choisi après le lycée ? J’ai rejoint un collège d'art et de design (California College of Art) pendant 4 ans. J'ai débuté dans le département des Beaux-Arts, mais j'ai changé plus tard de spécialisation pour les arts communautaires, un programme axé sur l'art et le design dans un contexte social.     Comment vivez-vous votre vie d'entrepreneuse en tant qu'indépendante ?  Depuis les débuts de l'EST WST, je vis une partie de l'année au Népal. J'aime vivre dans cette partie du monde, le coût de la vie est beaucoup moins élevé qu'en Californie, cela m'a permis de me concentrer sur le développement de mon entreprise et d'autres projets.   Comment se déroule votre vie au Népal Arya ?  Il y a des problèmes ici que nous ne connaissons pas aux États-Unis. Parfois, nous manquons d'eau pendant quelques heures voire même quelques jours, les douches ne sont pas toujours chaudes, et il y a parfois des coupures de courant pendant des heures et donc un accès internet réduit. Vous ne pouvez pas boire l'eau du robinet sinon vous tombez malade. Malgré les défis, la vie au Népal m'a fait découvrir de nouvelles façons de penser et de vivre. Les gens peuvent avoir beaucoup de difficultés, mais ils ne vivent pas avec le même type de stress et d'anxiété que nous connaissons en Occident. Les gens sont naturellement très authentiques, généreux et faciles à vivre. Pour cette raison, malgré les difficultés, je me sens très heureuse et inspirée au Népal. Je ne souhaite pas vivre toute ma vie ici, mais je continue d’apprendre beaucoup en vivant ici.   Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent lancer leur entreprise ? Selon vous, quelles sont les qualités requises pour une entreprise sociale ? Chaque jour, j’apprends tout ce qui est nécessaire pour lancer une entreprise sociale. Je n'avais pas exactement les compétences professionnelles requises au début, j’ai dû les acquérir au fil du temps et si je continue dans cette voie, je suis sûre que je vais constamment continuer d’apprendre. Je pense que ce qui est le plus important, c’est d'avoir une réelle motivation, savoir pourquoi vous voulez lancer ce projet et s’en rappeler tous les jours. Ainsi, dans  des moments difficiles, vous vous souviendrez de votre motivation et cela vous soutiendra. Vous devez également être prêt dès le début à investir le temps et les efforts nécessaires, même si c’est difficile. Nous avons tous le potentiel de créer quelque chose à partir d'une idée qui vient de nous et c’est formidable ! Et si cette idée peut être utile aux gens ou à la planète, alors je pense que cela vaut vraiment la peine de se donner les moyens pour en voir l’aboutissement.  
Escuela agroecologicab

DEFI BAC RELEVE

Résultats du bac tant attendus le mercredi 5 juillet 2017. L'équipe des Green Teens tournait à l'extérieur du Lycée Cézanne d'Aix-en-Provence en matinée, Laurena avait rejoint les tableaux d'affichage de la cour intérieure. Attente. Avec une pointe d'impatience. Verdict ? Elle est revenue en courant, un immense sourire sur son visage. Bachelière, libre pour de nouveaux horizons ! Elle était même reçue avec un 20/20 en espagnol à l'écrit et à l'oral. Elle avait eu rendez-vous à l'écrit avec l'auteur chilien Luis Sepulveda (inspirante synchronicité), un texte extrait de son roman "Le monde du bout du monde"* : un jeune explorateur de 16 ans embarqué à bord d'un bateau sur les vagues de la Patagonie. Toujours des aventures lointaines même avec une copie de bac.  Nous avions déjà eu un premier rendez-vous en compagnie de Luis Sepulveda avec un extrait de son "Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis"* raconté par Florane dans notre second clip réalisé au Chili en décembre 2016. Cela me rappelle aussi un épisode tendre de l'enfance de Laurena : le long métrage d'animation "La mouette et le chat", adapté du roman jeunesse de Luis Sepulveda (encore lui !), le premier dessin animé que nous regardions à la maison. Laurena n'avait pas 5 ans. Et elle aimait tendrement Zorba, ce chat qui apprit à une jeune mouette à voler et à déployer ses ailes de liberté. La Escuela Agroecologica au Chili a offert à Laurena une immersion fantastique qu'elle n'oubliera jamais et qui l'a portée vers plus d'ouverture aux autres, comme sa jeune soeur Florane. Gratitude pour tout ce que nous avons vécu tous ensemble à l'autre bout du monde, dans toutes les situations rencontrées. Bel été à tous !  Marine Locatelli   * Les livres de Luis Sepulveda, Editions Métailié, Paris.  
Img 2072a

PRAKRIYA IN INDIA

Prakriya Green Wisdom School et Bhoomi College au sud de Bangalore, en Inde. 
Img 1774a

TARA REDWOOD SCHOOL

Soquel, Californie. Avec la fondatrice de Tara Redwood School Pam Cayton et sa collaboratrice depuis 25 ans, Lisa Dreyer-Campiglia. Photos du Blog, Marine Locatelli.
Img 0796

CHEMIN DE CONSCIENCE

Sean la sal de la Tierra et la luz del mundo. Soyez le sel de la Terre et la lumière du monde.   A la Escuela Agroecologica de Pirque, outre la transmission de savoirs et savoir-faire, on attache beaucoup d’importance au développement émotionnel, au bien être des adolescents et de l’équipe pédagogique. Moments de vie commune, cérémonies, rituels, autant d’expériences  pour renforcer l’appartenance à une communauté et cultiver les valeurs de l’école : équanimité, compassion, paix, respect, inclusion, amour, confiance et joie. A travers ces étapes symboliques, l’Ecole devient un espace protégé, contenant et structurant, aidant les jeunes à developer sens de la responsabilité, entraide, confiance en soi, respect de la vie et réalisation de son plein potentiel.   Voici les principaux rituels au fil de l’année :   A la rentrée (début mars*), les élèves de 1ère année apportent leur plante (une graine leur a été remise 2 mois plus tôt). Ils s’engagent à respecter la Déclaration de l’Espace Sacré, texte fondateur qui instaure les règles de vie de l’école.     Tout au long de l’année chaque lundi matin, les élèves se rassemblent pour deux prières, l’une de Saint-François d’Assise, la seconde bouddhiste tournée vers la compassion.   En juin, chaque élève de 4e année transmet à un élève de 1ère année son insigne personnel, un badge sur lequel est inscrit “ME SUMO  A LO POSITIVO” (Je me joins au positif). Comme un passeur bienveillant.   Le 21 juin, nouvel an Mapuche (solstice d’hiver), les semences sont bénies dans la perspective des prochaines récoltes, on fabrique des colliers de grains en tant que “gardien des graines”, le renouveau de la vie est célébré.     En octobre, les élèves défilent et plantent leur totem de rubans, bouquet de souhaits et de voeux adressé aux générations à venir, qui délimitent ainsi physiquement l’Espace Sacré. Les totems de l’année précédente sont brûlés dans un brasero odoriférant d’encens et de myrrhe. En décembre, le directeur de la Escuela Agroecologica rassemble tous les élèves de 4e année pour leur dernier cours, en offrant un message à chacun. La remise officielle des diplômes a lieu lors d’une soirée émouvante, qui les réunit en présence de leurs parents et professeurs. Les élèves sont encouragés à porter haut et fort les valeurs de l’école dans leur vie d’adulte, à “être des lumières dans le monde, à se révéler, coopérer, réaliser leurs rêves, à créer ensemble…" Différents prix sont remis : excellence académique, prix de la persévérance, prix de l’élève le plus cordial et souriant, l’élève qui maîtrise le mieux les savoirs et techniques liés à la terre et médaille d’honneur Agroecologique à celui qui incarne les valeurs de l’école.                                                                                                                         Quel est l'impact de ces rituels sur les adolescents ? Voici quelques témoignages d'anciens élèves :   “Je n’oublierai jamais ces lundis et la phrase qui m’a le plus marquée, c’est “Là où est la haine, que je mette l’amour". J’espère que nous serons tous capables d’apporter amour et respect partout dans le monde et de jamais nous arrêter de sourire .“ Camilla   “J’ai toujours été heureuse ici et j’ai beaucoup appris à travailler en équipe. Merci à l’école AgroEcologique.” Lurma   “Ce que l’école m’a appris de plus important, ce sont les valeurs : le vrai sens de l’écologie, le respect envers les personnes, accepter chacun comme il est, réaliser ses rêves. Cette école est un espace qui ouvre beaucoup de portes. Ici j’ai grandi en tant que personne. Ce qui est unique ici, c’est l’humain..”   “Ici, j’ai appris que tout est en relation avec tout. On nous pousse à nous dépasser. Si un élève est en difficulté, il reçoit l’aide de tous, et du directeur en premier. Ici, la première préoccupation, c’est le respect envers les professeurs et tous les êtres sensibles. L’école est faite de telle manière qu’elle nous donne beaucoup de paix. Il y a de la vie partout. Ici, on apprend à aimer et à prendre soin de tous les êtres. Ici, on apprend à s’ouvrir et à sentir un profond respect pour la nature. Les professeurs nous donnent confiance en nous et nous apprennent à être acteurs de notre vie et co-créateurs.   Blandine Swyngedauw     * l’année scolaire se déroule de mars (début de l’automne dans l’hémisphère sud) à mi-décembre au Chili. Les élèves arrivent à l’Ecole Agroécologique à 14 ans environ, pour 4 ans de scolarité.
Img 0500

TOTEMS D'HARMONIE

Chaque classe du lycée de la Escuela Agroecologica crée son totem porteur d'espoir. Espace sacré, messages positifs des élèves écrits sur des rubans colorés. Totems dressés vers le ciel à différents endroits choisis de cet immense jardin préservé, comme des mâts de voiliers offerts à l'horizon, au futur des élèves, de sa communauté d'enseignants et d'encadrants bienveillants. Une procession joyeuse, telle une célébration rituelle, réunit tout le lycée lorsque chaque classe plante en terre son totem annuel. Celui des enseignants se découvre planté à l'entrée du lycée, offrant un accueil chaleureux à tous.    Voici les trois messages des gardiens de paix de la classe de Laurena, tous trois en troisième année au lycée (équivalent d'une première en France). "Nuestro totem representa todos los pensamientos positivos que tenemos hacia el mundo y que queremos dejar a las generaciones que vienen después. » Zaïra Notre totem représente toutes les pensées positives que nous avons pour le monde et que nous souhaitons laisser aux générations futures. "El totem representa el espacio sagrado y el espacio sagrado es un lugar de respeto y de libre expresión » Francisco Le totem symbolise l’Espace Sacré et l’Espace Sacré est un lieu de respect et de libre expression. « El totem nos recuerda que estamos en un espacio sagrado, lo que es un espacio tranquilo donde podemos estar en paz y calmar nuestra mente » Tiaré Le totem nous rappelle que nous sommes dans un Espace Sacré, un espace tranquille où nous nous pouvons être en paix et calmer notre mental.   Zaïra, Tiaré et Fransisco, élèves de troisième année à la Escuela Agroecologica   Si a la carinosidad y al apoyo entre iguales. Si a la amabilidad y a la paz. Un espacio donde me sienta seguro y relajado. Si a la tolerancia. Si al sonreir. Si a la solidaria. Si al carino inconditional. Si a la libertad de expresion del alma. Si al respeto y a la tranquilidad. Si al companerismo. Juntos somos una familia. Buenas vibras para todos los alumnos y profesores. Cuando llevas el sol por dentro, no importa si afuera llueve. Respectar y cuidar nuestro espacio sagrado. Si al amor. Si a la felicidad.  Si a la compasion y a la esperanza.​   Messages des Professeurs  Educar con afecto y ensenar libertad. Haz de tu vida una matemática, suma alegrías, resta dolor, divide las penas y multiplica el amor. Que nunca se pierda la motivacion de trabajar por una education que cambia el mundo. La motivacion y la alegria son contagiosas, no te rindas.   Photos du blog : Marine Locatelli  
Img 0297a

FUNDACION ORIGEN HAVRE NATURE

Bienvenue à Pirque, à 25 kms au sud de Santiago du Chili. Horizon bordé à l’est par les sommets enneigés de la Cordillère des Andes, dont les espaces blancs fondent à l’approche de l’été. La Fundacion Origen créée en 1991 par Mary Anne Müller a ouvert la Escuela Agroecologica aux 14/18 ans. Un lieu d’apprentissage gratuit. Ce qui surprend le regard en marchant dans les allées de ce lycée pour la première fois : pas de portail, pas de murs derrière lesquels les adolescents pourraient être enfermés. Tout est ouvert sur l’extérieur. Entrer, sortir, avec responsabilité. Car les élèves comme les professeurs s’enregistrent en posant leur index sur un lecteur à reconnaissance digitale, dès leur arrivée le matin, puis en repartant. La confiance est la clé de l’ouverture du cœur, pour soi-même et pour les autres. C’est ainsi que la Fundacion Origen cultive sa philosophie du bien être, transmettre l’envie d’apprendre, des valeurs de paix et de respect dans l’éducation. La feuille de Gingko Biloba, plante symbolique  d’une vie harmonieuse, se retrouve tissée sur tee-shirts et vestes des élèves.     Les adolescents expérimentent des enseignements reliés entre eux, grâce au travail collaboratif de leurs professeurs : cultures potagères, irrigation des sols, insectes, herboristerie, apiculture, soins des chèvres... Ils se retrouvent dans des ateliers d’écologie intérieure (méditation, intelligence relationnelle-émotionnelle, danse et détente), également en fonction de leurs options choisies, en céramique, art, percussions et danse, menuiserie et électricité. Tous ces ateliers sont explorés dans des espaces particuliers où apprendre et s’entraîner ensemble nourrit entraide, coopération et joie de partager.     Savourer quelques instants sous les eucalyptus dont la fragrance presque entêtante imprègne l’air ;  s’asseoir à l’ombre du silencieux OMBU sacré, un arbre au tronc énorme, dont les racines dessinent la peau craquelée d’un crocodile ou d’un éléphant ; écouter sous les très hauts ARRAUCARIA, les perroquets verts bavards voltiger autour de leurs nids. Jardin paisible aux canaux sinueux, bordés de plantes méditerranéennes, tropicales et de rosiers en fleurs, ouvert sur un vaste potager et un espace de plantes médicinales enseignées aux adolescents, la Fundacion Origen éveille les sens de chacun. Etre en quête d’harmonie, se relier à sa nature profonde, les pieds et les mains dans la terre. Les professeurs se retrouvent lors de moments inédits chaque semaine pour  jouer du tambour et des percussions à ciel ouvert, méditer ensemble et échanger sur leurs états d’âme du quotidien. En toute simplicité, grâce à leurs relations chaleureuses. Des rubans colorés et suspendus à des tiges de bambou plantées à différents endroits de la Fundacion, offrent des messages de paix, d’amour et d’espoir. Ecrits par les élèves, ils sont leurs souhaits, leur futur où se recueillir. Espace sacré que traverse chaque jour les jeunes et les enseignants. Prière à la vie respectée. Dans chaque classe sont choisis des gardiens de paix, de jeunes médiateurs conscients qui sont à l’écoute et agissent  en cas de disputes, malentendus ou conflits.   Depuis 4 ans, un lieu d’apprentissage privé s’est ouvert pour les 3/18 ans au sein de la Fundacion. A l’est du domaine, la Escuela Agroecologica, à l’ouest, le nouveau collège Virginia Subercaseaux. Entre ces deux lieux, différentes classes sociales peuvent enfin se rencontrer dans un Chili qui sépare les riches des pauvres. Enfants et adolescents circulent librement. Se rencontrer simplement et devenir amis pour changer la vie de ce pays d’Amérique du Sud.   Marine Locatelli
Img 0122a

UNIS ET CONNECTÉS

L’univers de la Escuela Agroecologica continue de m’étonner depuis mon arrivée le 25 octobre.  Le monde dans lequel je baigne ici est tellement différent de notre monde français. Univers de paix, de respect mutuel, d’entente. Depuis que je fréquente la Escuela Agroecologica, je suis surprise du déroulement des cours, de la relation entre élèves et profs qui est extraordinaire. Tout le monde est au même niveau ; si un élève a un souci ou a besoin d’aide, les autres élèves n’hésitent pas à intervenir pour trouver une solution et les profs vont également le soutenir. Le « compañerismo » (camaraderie) est toujours présent entre eux contrairement à l’individualisme français, bien présent au lycée en classe de terminale. « Avec le bac en fin d’année, c’est chacun pour soi et Dieu pour tous ! » comme l’ont souligné mes amis Théo et Mano à Aix-en-Provence. Ce que je trouve génial aussi, c’est que les ados utilisent leurs mains. Ils connaissent les plantes médicinales, jardinent et prennent soin de la terre. Ils s’occupent d’animaux, de chèvres, mais aussi d’abeilles avec gentillesse et amour. La différence entre individus n’existe pas dans leur philosophie. C’est une grande famille heureuse et épanouie de vivre ensemble. J’ai la chance immense d’avoir intégré cette superbe famille. Ils m’ont fait une place dans leur monde. Je partage des moments formidables avec eux et je ne souhaite qu’une chose, pouvoir partager et découvrir encore beaucoup avec ces ados si attentionnés. Laurena Jamet-Locatelli     Unidos y conectados El universo de la Escuela Agroecología continua asombrándome desde mi llegada el 25 de octubre. El mundo en el cual estoy inmerso aquí es tan diferente de nuestro mundo francés. Universo de paz, de respeto mutuo, de armonía. Desde que frecuento la Escuela Agroecologica, estoy sorprendida por el desarrollo de los cursos, de la relación entre alumnos y profes que es extraordinaria. Todo el mundo está en el mismo nivel ; si un alumno tiene una preocupación o necesita ayuda, otros alumnos no vacilan en intervenir para encontrar una solución o los profes van también a sostenerle. El compañerismo siempre está presente entre ellos contrariamente al individualismo francés como al liceo en clase de terminal. « Con la prueba al fin del año, es cada uno para sí y Dios para todos ! » como lo subrayaron mis amigos Théo y Mano en Aix-en-Provence. Lo que encuentro genialmente también, es que los adolescentes utilizan sus manos. Conocen las plantas medicinales, trabajan en el huerto y cuidan la tierra. Se ocupan de los animales como cabras y abejas con gentileza y amor. La diferencia entre individuos no existas en su filosofía. Es una gran familia feliz y abierta de vivir juntos. Tengo la posibilidad inmensa de haber integrado a esta familia soberbia. Me hicieron sitio en su mundo. Comparto momentos formidables con ellos y deseo sólo una cosa, poder compartir y todavía descubrir mucho con estos adolescentes tan atentos. Laurena Jamet-Locatelli      
Img 9399a

CHILI CON NATURA

Sourire aux lèvres, valise d’un côté, sac à dos de l’autre, tout était prêt pour le départ ! Ou du moins c’est ce que l’on pensait en décollant…  arrivés à l’aéroport de Santiago del Chile, on s’est rendus compte qu’on avait oublié quelque chose… Personne ne parle espagnol sauf moi. Heureusement Bibi est là pour sauver la mise. The biggest adventure ever begins, somos felices y impacientes de descubrir más sobre estos lugares mágicos. So guys, let’s go on the Green Teens’ fly… LAURENA     Mon ressenti face au départ de Laurena ? Entre tristesse et joie. Triste parce que pendant 4 mois et demi, on aura peu la possibilité de communiquer et encore moins de se voir, beaucoup moins de contacts en général. De la joie aussi parce que ce qu’elle va vivre est une chose extraordinaire. En voyageant dans les pays, elle va apprendre énormément que ça soit la langue comme la culture de chaque endroit, apprendre à connaître les gens, la différence qu’il y a entre eux et nous culturellement, socialement, également au niveau scolaire. Pendant ces 4 mois et demi, elle va apprendre et vivre énormément de choses même si elle va nous manquer. On restera un maximum en contact avec elle pour découvrir les mêmes choses qu’elle d’une façon différente. THEO (ami proche de Laurena, ensemble en classe de Première L, 2015/16)   Pour le voyage GREEN TEENS, j’ai dû laisser ma chatte chez mes grands-parents dans un petit village à la montagne où elle était déjà venue au mois d’août. C’était pas le plus simple pour moi car ma chatte c’est mon petit chaton, mon bébé, mon amoureuse… Sachant que quand quelqu’un occupe une grande partie de ton cœur, tu as peur que les personnes à qui tu confies ton bébé, même si tu les connais bien, ne s’en occupent pas comme tu le souhaiterais…   FLORANE