top of page
Rechercher
  • Marine

Retour à la Escuela Agroecológica

Neuf mois se sont écoulés depuis mon départ du Chili, pourtant c’est comme si je n’étais jamais partie. Je suis revenue chez moi… Retrouver la vie telle que je l’ai laissée en partant, retrouver les personnes, les amis et la famille qui me permettent de me sentir réellement vivante, qui me montrent la juste place que j’ai dans ce vaste monde. C’est sous le soleil et la chaleur du début de l’été que je suis à nouveau au sein de la Fundacion Origen en tant que volontaire, car durant ces mois d’absence, bien des choses ont évolué ici et le travail ne manque pas. Pour ma part, je travaille dans la partie domestique de la Fundacion Origen, ou plutôt dite hôtellerie et restauration. En compagnie de ma partenaire de travail, chaque jour compte pour apprendre et progresser dans ce milieu où je souhaite devenir professionnelle. Il s’agit d’être à l’écoute des hôtes à tous les niveaux, que ce soit sur le plan alimentaire, au niveau des chambres pour qu’ils ne manquent de rien ou encore tout simplement partager avec eux des moments de discussion et leur faire découvrir ce qui se passe derrière le décor de ce paradis vert. Tout n’est pas toujours facile et certaines journées paraissent bien plus longues que d’autres, mais c’est toujours dans la bonne humeur et avec mon binôme de choc que nous avançons lors de ces moments moins agréables. Malgré tout, c’est avec joie et enthousiasme que je me lève le matin pour aller travailler avec cette chouette équipe. C’est d’ailleurs une chance et une super expérience car en plus de pouvoir évoluer dans le domaine qui me plait, je pratique à fond mon espagnol, et par dessus tout, en compagnie de mes amis ou d’étrangers de passage à la Fundacion Origen, venus pour une formation enseignants spécifique à ce lieu, élaborée par la fondatrice Mary Anne Müller. La grande nouveauté de cette année est l’ouverture de son marché : le Mercado Origen a enfin ouvert ses portes depuis début septembre. Il permet à la Fundacion Origen de vendre ses produits (légumes, herbes aromatiques, plantes médicinales, miel, fromages, pains et desserts gourmands, céramiques) et il offre aussi la possibilité à de petits artisans et producteurs locaux de vendre leur travail et de se faire connaître. C’est un lieu chaleureux, très agréable à vivre. On peut s’y arrêter durant la journée pour la pause déjeuner (salades et sandwichs faits maison sur place), déguster une glace après une journée d’école ou de travail, se détendre en terrasse ou en intérieur autour d’un café… Faites votre choix, on a le temps ! Ou du moins c’est ce que l’on croit car il finit toujours pas nous rattraper.


Laurena, 2 novembre 2017










0 vue
  • Marine

Fêter avec vous l'anniversaire du début de tournage des Green Teens. C'était il y a un an.

Laurena vous invite à plonger dans ses souvenirs.


24 octobre 2016, 19h00 heure française, l’avion se prépare à décoller… Bientôt l’envol vers la première destination inconnue et intrigante. Comment aurais-je pu imaginer faire pareilles rencontres après ces quatorze longues et interminables heures d’avion. Sous la chaleur du printemps chilien, dans un village rural, entouré de collines, non loin de Santiago, existe un lieu hors du commun pour les ados. Un lycée en pleine nature, la Escuela Agroecológica de Pirque, avec des animaux, des jardins et un vaste potager à entretenir et à cultiver. On y apprend des matières classiques comme les mathématiques ou l’anglais, mais bien entendu, les cours et activités se déroulent souvent dehors, au grand air. Les élèves manient avec habilité les outils proposés, mis à leur disposition. Et tout ceci, se déroule dans la bonne humeur, les cris de ceux qui jouent au foot ou au basket, les rires, les discussions entre élèves et profs sous leur allée d’abricotiers, entourés d’abeilles venant se nourrir. Je les entends encore, je sens cette douce chaleur parfumée de joie, partages et découvertes maintenant que je suis loin d’eux.



Ce n’est pas un lycée gigantesque, 400 élèves vivent ensemble au quotidien, ce qui permet à tous de se connaître, d’apprendre ensemble. Grâce à un bon mois et demi dans une classe de troisième année (ce qui serait une classe de première en France), j’ai appris chaque jour quelque chose de nouveau : des mots chiliens, le nom d’une plante et ses vertus, vacciner des bébés chèvres, récolter le miel, observer la reine des abeilles… Je me suis rendue compte que c’était ça aller à l’école. J’aurais adoré vivre mes années lycée dans un lieu comme celui-ci, avec des profs réellement intéressés par leur travail et leurs élèves, des ados qui s’entraident et partagent différentes passions et qui ne travaillent pas seulement pour de bonnes notes ou être le premier de la classe. Les ados que j’ai rencontrés sont des personnes exceptionnelles, ouvertes à l’autre et à la différence, tout comme leurs professeurs qui m’ont montré comment travailler ou qui m’ont aidée. Un des moments marquants que je n’oublierai jamais, a été la cérémonie de la graduation des 4e années. C’est la remise de leur diplôme en fin de cycle (nos terminales en France) ; ils s’en vont ensuite à l’université ou dans d’autres écoles pour poursuivre leurs études ou ils décident de travailler. Chaque année, la semaine avant cette cérémonie, les élèves de troisième année aidés des professeurs des matières agricoles et manuelles, préparent le lieu afin d’accueillir les familles et les futurs gradués. J’ai eu la chance de travailler avec eux cette semaine là. Tous à nos pelles, pioches, brouettes, pinceaux, sans oublier notre combinaison de travail. Chaque jour, de nouvelles tâches nous étaient attribuées : enlever les mauvaises herbes pour les bosquets de fleurs, repeindre le portail et les paniers de basket, préparer les petits sachets de terre qui seront transformés en bougeoirs le jour J, ratisser et tapisser le sol avec du gravier très propre, installer l’estrade, soigner la présentation des gradins avec des plantes en pots… Entre aller et retour, une petite pause à l’ombre des grands arbres pour se rafraîchir s’impose car la chaleur est étouffante.

J-1, tout est prêt pour cet événement symbolique et chaleureux. Nous n’avons malheureusement pas un tel rituel pour célébrer notre bac. A la tombée de la nuit, les diplômes sont remis à chaque élève par leur professeur principal. Chacun quitte le lycée où il ne reviendra plus, un flambeau entre les mains. C’est le début des vacances d’été et des festivités de décembre…

J’ai appris énormément sur moi-même et sur les autres. Les moments partagés avec les ados ou certains adultes, en cuisine, à l’école, ou à l’extérieur, ont marqué ma vie au Chili. Mon espagnol est devenu vraiment fluide, je suis repartie le cœur rempli de lumière, de rires, de larmes, de discussions, d’activités, de recettes, de moments forts, avec en plus une nouvelle famille chilienne. Ils me manquent chaque jour, l’aventure avec eux ne fait que commencer.


Laurena, 30 octobre 2017











8 vues
  • Marine

Les GreenTeens vous souhaitent une rentrée d'amitié, de créativité, d'inventivité, avec audace, car en sa compagnie cheminer vers l'inconnu et aborder de nouveaux possibles est "vie-vifiant" !

Illustrations de notre GreenTeener Florane.



0 vue
bottom of page