top of page
Rechercher
  • Marine

RESPIRER LIBREMENT

L'écrivain Haruki Murakami imagine « des espaces où les individus pourraient s’épanouir et respirer librement », des « abris de rétablissement individuel ».

Dans son essai « Profession romancier » (2015), Haruki Murakami évoque ses souvenirs d’école, une époque où « il existait un espace susceptible d’absorber les conflits entre les individus et le système. » Des trouées et des interstices permettaient de se réfugier quand on était en difficulté. Or, l’absence de refuges aujourd’hui demande de créer des espaces dans lesquelles nous pourrons nourrir de nouvelles approches.

Selon lui, les enfants et les adolescents ont besoin d’espaces refuges, « dans un libre va-et-vient entre individus et système. Des espaces où les individus pourraient s’épanouir et respirer librement. Loin du système bureaucratique, de la hiérarchie, de l’efficacité toute puissante, du harcèlement. Des sortes d’abris temporaires, chauds et accueillants, dans lesquels on pourrait entrer et sortir en toute liberté. Où individus et communauté se rencontreraient en dehors de toutes contraintes. Où serait laissée à l’appréciation de chacun la position qu’il occuperait. Ces espaces, j’aimerais les désigner comme « des abris de rétablissement individuel ». Ces espaces offriraient des contenus appropriés et permettraient aux jeunes, de plus en plus nombreux à être inadaptés au système scolaire actuel, de développer leurs potentialités, à leur rythme. Evidemment, sans ingérence d’un Ministère de la Culture ou de l’Education pour rester libres d’expérimenter !

Je me sens proche des propos de Murakami, et le voilà en compagnie d’enseignants Montessori, Freinet ou Steiner, de chercheurs en pédagogie alternative, sur les chemins d’écoles démocratiques qui s'épanouissent dans notre paysage éducatif en Europe (EUDEC France).

Parce que nos enfants et adolescents ont subi pendant deux ans les injonctions délirantes du Covidmania (sous « l’Etat d’Hypnomania et Somnambula », texte à venir), il est essentiel d’imaginer des espaces de vie où venir se réconforter, grandir et développer sa force intérieure, ses forces de caractère (Martin Seligman), sa pleine présence (Daniel Siegel, « Brainstorm » « The whole brain child »), sa spiritualité, ses compétences psychosociales (émotionnelles, sociales et cognitives). Nos enfants, nos ados, nos étudiants peuvent être accompagnés à s’aimer grâce aux outils de l’auto-compassion de la chercheuse américaine Kristin Neff (Université d’Austin) que celle-ci transmet dans ses programmes à l’université d’Austin (« S’aimer », Belfond). Sans la grande santé de Nietzsche qu’évoque si souvent le philosophe Alexandre Jollien, il est difficile de vivre en harmonie avec soi-même. Prendre soin de la santé de l’âme est un ressourcement auquel se relier au gré de toute la vie.

En tant que parents et adultes compassionnés, c’est à nous d’imaginer et d’inventer des lieux porteurs d’élans d’espoir pour nos enfants et nos ados, comme vous pourrez les découvrir dans GREEN TEENS.

Le domaine de l’éducation me concerne depuis bien longtemps car nous avons tous eu des blessures que nous avons pu soigner, en fonction de notre histoire personnelle. En prenant du recul, ma sensibilité créative exprimée à travers la danse, la musique et l’écriture, m’a permis d’apaiser des moments difficiles parce que nous ne répondions pas aux demandes du cadre, qui imposait toujours efficacité et résultats (évaluations, notes, compétition, entraînant jalousie et menaces). Qu’on soit bon ou mauvais élève dans le système, nous souffrons tous à un moment donné pour nous-mêmes ou pour les autres. La pression est forte.

La réforme du Ministre de l’Education Nationale Mr Blanquer et son bac à tiroirs avec des spécialités inadaptées, est un vaste bazar dans lequel les élèves sont perdus et choisissent sans savoir. En relisant « La déconstruction nationale » du Professeur de philosophie René Chiche, en particulier le chapitre 7 sur la classe de philosophie, on peut remarquer que tout a été piétiné depuis des années. La philosophie a été sacrifiée pour les matières scientifiques et le monde robotisé, la high tech et Big Data. Comment les élèves pourront-ils sortir de la caverne de Platon avec un esprit éclairé et lucide, capables d’appréhender le monde dans lequel ils évoluent ? Spinoza mériterait d’être là, à distiller sa philosophie de la joie et du bonheur. Cela adoucirait le quotidien des lycéens.

GREEN TEENS transmet de profondes valeurs d’entraide, d’éducation mutuelle et de coopération. Ce sont elles qui portent notre humanité. L’individualisme et sa cohorte d’intérêts personnels mènent nos sociétés à faire payer à l’autre les choix de nos faux pas, de mauvaises décisions, de politiques corrompues et d’injustices inacceptables.

A travers ce long métrage, vous ressentirez peut-être le souhait de développer un projet inattendu pour vous quelques mois auparavant. Puisse ce film être un déclic révélateur pour des jeunes, des parents ou de futurs parents, des enseignants, des personnes d’univers variés, d’ouvrir la voie à de nouveaux horizons, en apprivoisant la peur. Avec confiance malgré les remous, et curiosité aussi. Cette merveilleuse curiosité des enfants que nous pouvons nourrir encore et encore en leur compagnie et qui illumine nos âmes.


Marine Locatelli, samedi 9 avril 2022




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Komentar


bottom of page